Une matinée dans une MAM

De nombreuses formules existent pour accueillir les tout-petits. La rédaction de Picoti a passé une matinée à La Gigoteuse, une maison d’assistantes maternelles (MAM).

L’accueil

Il est 9 heures quand Roxanne, Virginie et Aurélia, les trois assistantes maternelles, nous accueillent dans ce qui semble être leur deuxième chez-elle. Tous les enfants ne sont pas encore arrivés, l’accueil ayant lieu entre 8 et 10 heures. Toutefois, les horaires sont souples pour s’adapter aux besoins des enfants. « Comme nous ne sommes pas nombreux, c’est possible », explique Virginie. C’est ainsi que Léo, 2 ans, n’arrivera ce jour-là qu’à 11 heures : « On a préféré le laisser dormir pour qu’il récupère de sa nuit agitée », expliqueront ses parents en le déposant. Tandis que Noah, 10 mois, et les jumeaux Keï et Aedan, 11 mois, prennent leur collation du matin dans la salle à manger, Aurélia raconte la naissance de La Gigoteuse : « Nous étions amies. Roxanne, qui était alors assistante maternelle à son domicile, nous a proposé de créer une MAM ensemble. Nous avons trouvé la maison, nous l’avons aménagée et, une fois que nous avons obtenu l’agrément, Virginie et moi avons commencé la formation que nous venons de terminer ! ». Dans le salon, Roxane partage un temps calme avec Mila, 1 an, Adélie et Ava, 2 ans, les trois fillettes dont elle a la charge : « Je me remets beaucoup en question, c’est pourquoi j’aime travailler en équipe, avoir des collègues pour échanger sur le métier, avoir un deuxième avis ».

Temps calme et activités

Enfin, le petit Léo arrive. Virginie l’attendait pour partir avec Adélie et Abel à la coopérative bio du quartier. « Il nous arrive de partir toutes les trois en balade avec les enfants. On prend les poussettes, les bébés sur notre dos… À une époque, on allait chercher la fille de Roxane à l’école. Les passants nous regardaient, amusés. » Aurélia va coucher Noah, Keï et Aedan dans la chambre des « moyens », tandis que Roxane sort avec Mila dans le jardin pour cueillir des fraises. Dans la chambre des « petits », Aron, 9 mois, dort encore. « Si Virginie travaillait à son domicile, elle aurait dû attendre le réveil d’Aron, ou bien le réveiller, pour partir à la coop’, nous explique Roxane. Là, elle part avec Adélie, et moi, je surveille le petit. C’est idéal. Comme nous nous relayons pour l’accueil du matin, les parents nous connaissent toutes les trois et ils nous font confiance. »

Après la sieste du matin

Assises dans l’herbe, nous profitons du jardin. Aron, enfin réveillé, babille dans son transat. Aurélia change les couches de Noah et des jumeaux, puis nous rejoint. Pour la jeune femme, ne pas travailler à son domicile est important : « J’ai besoin de distinguer ma vie personnelle de ma vie professionnelle. Et puis la maison est grande et il y a un jardin, ce qui est rare quand on accueille les enfants chez soi et qu’on habite en ville ». Virginie est de retour avec les enfants. Direction la salle de bains pour se laver les mains. Roxane, avec Mila sur le dos, réchauffe le tajine de poulet préparé le matin même par Virginie. « Virginie aime cuisiner, nous dit Roxane, ce qui nous arrange bien ! »

 

Le repas de midi

Assistée par Roxane, Ava a mis la table pour ses copains. Dans la salle à manger, petits et grands mangent de bon appétit. C’est le moment pour nous de partir. Après le repas, il y aura un temps calme, puis la sieste. Roxane, Virginie et Aurélia profiteront de ce moment de répit pour nettoyer la maison. Les enfants se réveilleront à leur rythme, reposés et sereins. « Au sortir de la sieste, les enfants sont radieux. Pour moi, c’est le meilleur moment de la journée, nous confie Roxane, car les enfants sont heureux… et ça se voit. »

Merci à Roxane, Virginie et Aurélia et aux enfants de La Gigoteuse, à Toulouse.

 

Les MAM ont été créées pour répondre aux attentes des assistant(e)s maternel(le)s confronté(e)s à des problématiques particulières, comme l’inadaptation d’un logement ou de sa localisation, ou encore la nécessité de travailler avec d’autres professionnels. Cette solution permet de proposer aux familles une offre d’accueil aux amplitudes horaires plus larges. Elle permet à 4 assistant(e)s maternel(le)s au plus d’accueillir chacun(e) un maximum de 4 enfants simultanément. L’assistant(e) maternel(le) exerçant dans une MAM est salarié(e) du parent qui l’emploie.

Retrouvez d’autres articles dans notre guide pour une rentrée scolaire réussie

+ d’info

 

 

Dossier réalisé par Paule Battault
Publié le