L’éveil culturel de bébé

Envelopper les bébés d’art et de culture : c’est le projet de l’association toulousaine Enfance toute culture. Picoti a rencontré sa directrice, Ghyslaine Belmonte, qui combine passion et engagement auprès des tout-petits… et de leurs parents !

 

Quels ateliers proposez-vous ?

Ghyslaine Belmonte : Six intervenantes culturelles animent des ateliers d’éveil musical, d’éveil corporel, d’arts plastiques, de contes-comptines pour les moins de trois ans. Nous travaillons chaque année avec une trentaine de structures d’accueil de la petite enfance (multi-accueils, crèches associatives, lieux d’accueil enfants-parents, relais d’assistantes maternelles). L’intervenante commence l’atelier par un rituel d’accueil : elle appelle par leur prénom chaque enfant présent afin de l’inscrire dans le groupe. L’enjeu est de s’adresser à chacun et de mettre l’enfant au centre de notre démarche. L’intervenante observe les initiatives des enfants et s’en saisit. Par exemple, si un tout-petit crée un geste, l’intervenante va le reprendre et jouer avec. Si les parents sont présents lors des ateliers d’éveil musical, elle va aussi les inviter à partager leur propre patrimoine culturel, leur propre répertoire de chants et comptines, soutenant ainsi la fonction de transmission. La fin de l’atelier est marquée par un second rituel au cours duquel l’intervenante présente une « surprise » (dont les petits sont gourmands !) et partage un au-revoir en chanson.

,

Un atelier d’éveil musical en crèche

 ,

En quoi consiste votre exposition « L’infiniment petit… ou l’infiniment grand ! » ?

G.B. : C’est une exposition d’art à destination des tout-petits. Nous avons par exemple une sculpture de pomme géante et un tableau représentant une pomme minuscule. Cette exposition peut être installée pendant quelques semaines dans les structures d’accueil. Une de nos intervenantes anime un temps de découverte de l’exposition aux enfants, ce qui permet aux professionnels de la structure d’accompagner et de soutenir les interactions entre adultes et enfants. D’abord, l’exposition surprend les enfants – c’est un « événement » dans l’espace d’accueil – puis ils se l’approprient. Ils échangent avec leurs parents et les professionnels : c’est une médiation culturelle qui crée et soutient le tissage des liens.

Vous organisez aussi des sorties au musée. Comment cela se passe-t-il ?

G.B. : Enfance toute culture a signé une convention avec le Musée d’art contemporain des Abattoirs de Toulouse pour faire des visites guidées auprès des enfants de 1 à 4 ans (de crèches et maternelles). Emmener un tout-petit au musée, c’est déjà en soi une ouverture pour lui. Mais pour qu’il puisse vivre pleinement cette expérience, il est important pour nous que ce qu’il découvre entre en résonance avec sa propre expérience. C’est pourquoi notre projet propose un atelier d’arts plastiques dans le lieu d’accueil de l’enfant (crèche ou classe). Par exemple, pour une exposition sur les masques africains, nous avons a réfléchi à la façon de transposer cet univers dans le monde des tout-petits. Nous avons utilisé de grands livres sur l’Afrique et réalisé avec les enfants des totems africains. Sur place, la visite a bien sûr été adaptée : nous avons chanté et dansé dans le musée !

 

des-collages-dans-le-cadre-dune-visite-de-lexpo-picasso

Des collages réalisés dans le cadre d’une visite de l’expo Picasso

 

le-bricolage-du-petit-yanis-realise-dans-le-cadre-dune-visite-de-lexpo-tapies

Un bricolage réalisé lors d’une visite de l’expo Tàpies

,

Quel est l’objectif de l’association, en proposant ces actions d’éveil culturel ?

G.B. : Notre but n’est pas l’apprentissage ! Nous voulons offrir aux enfants une multitude d’expériences culturelles avec les livres, les arts plastiques, la musique, la danse… Ils rempliront ainsi leur « petit panier ». Dès la naissance, le tout-petit a d’abord besoin d’une enveloppe sensorielle (voix, toucher, portage), porteuse de repères et de sécurité. Peu à peu, une enveloppe culturelle se crée aussi autour de lui. Dans ce qu’on lui adresse, le tout-petit fait sa « cueillette » et pourra ainsi, quelques années plus tard, affirmer ses goûts, ses désirs, dire « j’aime la danse » ou « j’aime la peinture ». La culture permet à l’enfant de créer et tout autant de se créer. Un tout-petit se construit et se découvre, la base étant le jeu au sens large. Les médiations culturelles sont des « jeux » qui laissent une large place à la créativité et qui permettent de multiplier les expériences et les rencontres avec l’autre. L’enfant peu à peu repère qu’il est lui et pas un autre. Il devient sujet au sein du groupe, c’est-à-dire qu’il se sent à la fois comme les autres et singulier parmi les autres. Il va peu à peu se sentir appartenir et se reconnaître dans la communauté humaine (sa famille, les adultes et enfants qu’ils rencontrent).

,

un-atelier-darts-plastiques

Un atelier d’arts plastiques

,,


,

L’association Enfance toute culture en bref

etc

,

  • Créée en 1990 à Toulouse, elle est une émanation du CIPE (Centre de ressources et d’information de la petite enfance et de la famille) ;
  • Présidée par le pédopsychiatre Claude Dray ;
  • 14 salariés ;
  • 3 missions : éveil culturel des tout-petits (ateliers, visites au musée, expositions, spectacles) + prévention et accueil dans les salles d’attente des centres de protection maternelle et infantile + gestion de deux lieux d’accueil enfants-parents.

Plus d’info sur le site www.enfancetouteculture.com

,


 gbGhyslaine Belmonte est directrice de l’association Enfance toute culture. Elle est aussi formatrice d’éducateurs de jeunes enfants à l’Institut Saint-Simon et professeure d’écriture au Lido, le centre des arts du cirque de Toulouse.,


Dossier réalisé par Elise Rengot

Illustration : © Laurent Simon

Publié le