Asia baby girl touch her ear

Les oreilles de bébés

DES OREILLES EN DEVENIR

Un fœtus…

… à l’écoute. Les capacités auditives de bébé se développent très tôt. Ainsi, dans le ventre de sa mère, le fœtus perçoit déjà les sons qui l’entourent : les sons intra-utérins (la respiration, la digestion, le rythme cardiaque maternels), mais aussi les sons extérieurs, comme les voix, même s’il marque une préférence pour celle de sa mère. Ce « bain » sonore est donc essentiel pour le développement de bébé, pour ses futurs apprentissages et l’adaptation à son environnement.

 

L’éveil…

… de l’ouïe. À la naissance, l’oreille du nourrisson est complète et il perçoit déjà très bien ce qui se passe autour de lui. En revanche, la partie du cerveau qui traite l’information sonore est encore en développement et ce n’est qu’entre 4 et 8 ans que tous les centres auditifs y seront achevés. Pour cette raison, il faut attendre l’âge de 5 ans avant que l’enfant entende certaines fréquences aiguës, et même 10 ans pour certaines fréquences graves. Mais cela dépend aussi de chaque personne.

 

Des oreilles…

… pour grandir. Un bruit qui l’interpelle et bébé tourne la tête, la voix de Papa ou de Maman et bébé vocalise pour entrer en interaction avec eux. Le bruit du mixeur et bébé sait qu’il est bientôt l’heure de manger… L’environnement sonore de bébé participe grandement à son développement, tant sur le plan du langage et de la communicatio que sur le plan des repères spatio-temporels, par exemple.

 

DES OREILLES À CHOUCHOUTER

Nettoyer…

… en douceur. Les oreilles de bébés sont fragiles ! Pour les nettoyer, il est recommandé d’utiliser une mèche de coton bien sèche, une compresse ou un Coton-Tige spécialement adapté, avec un gros embout afin d’éviter d’aller trop loin. On exclut les cotons tiges traditionnels et, surtout, on se cantonne au pavillon, sans entrer dans le conduit auditif, au risque de repousser le cérumen dans l’oreille (ce qui peut avoir tendance à créer des bouchons) ou d’endommager le tympan. Bon à savoir : l’intérieur des oreilles se nettoie tout seul grâce aux petits poils qui chassent le cérumen vers l’extérieur. Il n’est donc pas nécessaire de faire preuve de trop de zèle.

 

Protéger…

… de la surenchère. L’environnement sonore de bébé peut aussi avoir un impact négatif sur sa nervosité, son sommeil et, bien entendu, son audition. On reste donc vigilant au volume sonore des jouets et on les choisit avec un bouton de réglage, on baisse le son de la télévision et de la chaîne hi-fi. On garde à l’esprit que les sons aigus et les rythmes vifs augmentent le tonus, voire excitent les petits, tandis que les sons doux et les rythmes calmes l’apaisent et favorisent son attention. Bon à savoir : Le seuil d’alerte pour l’oreille est de 80 décibels, le seuil de danger de 85 dB et le seuil de douleur de 120 dB. Pour donner une idée, le bruit ambiant dans une petite section de crèche est de 70 dB, celui d’un bébé qui pleure de 85 dB et celui d’une cour de récréation de 90 dB.

 

 

DES OREILLES À SOIGNER

Bébé a… un bouchon de cérumen. Parfois, le cérumen s’accumule, formant une petite pelote. Bébé est gêné et entend moins bien. Dans ce cas, le pédiatre peut prescrire des gouttes qui aideront à évacuer le bouchon en douceur.

 Bébé a… un corps étranger dans l’oreille. Il n’est pas rare que les tout-petits fassent des expérimentations plus ou moins heureuses. Si bébé coince un objet dans son conduit auditif, pas de panique ! Dans un premier temps, on penche sa tête pour essayer de le faire sortir tout seul. Si cela ne fonctionne pas, on demande à un ORL, équipé pour les circonstances, de déloger l’objet.

Bébé a… une otite moyenne aiguë. Cette inflammation de l’oreille moyenne (située juste derrière le tympan) se déclare en général à la suite d’un rhume. Les symptômes sont assez clairs : bébé se touche l’oreille ou se plaint d’avoir mal. Souvent, il a de la fièvre (38,5-39 °C), il est grognon et pleure la nuit (la position allongée étant plus douloureuse), il a peu d’appétit. Parfois, du liquide s’écoule de son oreille.

Bébé a… une otite séreuse. Difficilement repérable car elle n’entraîne pas forcément de fièvre ou de douleurs, l’otite séreuse se caractérise par un dysfonctionnement de la trompe d’Eustache, et donc par la stagnation et l’accumulation de liquide derrière le tympan. À la longue, ce liquide va se transformer en une pâte gluante qui va fortement gêner l’audition de bébé, et donc son apprentissage du langage.

Soigner… des otites à répétition. En cas d’otite, l’administration d’antibiotiques est quasi systématique chez les enfants de moins de 2 ans. Si, malgré les traitements, les otites deviennent trop fréquentes et que bébé entend mal, l’ablation des végétations et/ou la pose de « yo-yos » peuvent être prescrites. Ces aérateurs transtympaniques sont installés au travers du tympan pour permettre l’écoulement du liquide se trouvant derrière. Bon à savoir : l’opération se pratique sous anesthésie générale et ne dure pas plus de vingt minutes.

Bébé entend… mal. Depuis 2012, le dépistage précoce des troubles de l’audition est systématiquement proposé avant la sortie de la maternité. Si l’examen n’a pas pu avoir lieu, il sera réalisé par le pédiatre avant la fin du 3e mois de bébé. Deux tests de l’audition sont aussi réalisés lors des visites obligatoires des 9e et 24e mois. Dans tous les cas, certains signaux doivent alerter sur un problème : bébé ne réagit pas à son prénom, à un bruit familier (téléphone, aspirateur…), il ne sursaute pas à un bruit fort, il est inattentif à ce qui ne se trouve pas dans son champ visuel, il ne babille pas ou plus, il présente un retard de parole et de langage, des troubles du comportement… En cas de doute, on n’hésite pas à consulter son pédiatre.

Bon à savoir : les bébés prématurés, ceux ayant eu une infection grave à la naissance ou ayant des personnes malentendantes dans leur famille ont plus de chance de développer un problème d’audition.

 

Dossier réalisé par Delphine Soury
Publié le