Entrez dans la danse avec bébé !

Direction le gymnase !

Il est bientôt 10 h 30. Dans la salle de classe, Nathalie, professeure des écoles, explique à ses élèves le déroulement de la matinée : « Aujourd’hui, on va retrouver Chloé, Marianne et Pierre ». Les enfants connaissent les deux danseuses et le musicien. C’est leur sixième atelier ensemble. Quatre autres sont programmés cette année, dans le cadre du projet « Danse à l’école ». Le principal enjeu de ce projet, porté par l’inspection académique et le conseil général, est de développer chez chaque élève une sensibilité artistique par une pratique de la danse, de la composition chorégraphique et de la découverte des œuvres. Des rencontres départementales scolaires sont organisées au mois de mai, pour permettre aux élèves de restituer leur travail devant un public. Dans la classe, Mathilde a tout compris, elle lève le doigt : « Alors, on est lundi ? ». Oui, et il est grand temps de se rendre au gymnase !

Les échauffements

Tandis que les enfants se déchaussent, la maîtresse informe Marianne qu’il y a un absent. Pas de chance, c’est lui qui conduit habituellement la farandole. Depuis le dernier atelier, la maîtresse a travaillé l’exercice avec sa classe. Elle pense qu’Amandine est capable de le remplacer. « Tu te souviens du chemin de la farandole ? », demande-t-elle à la fillette, ravie. Chloé invite alors les enfants à se disperser pour commencer les échauffements : chevilles, genoux, hanches, épaules, cou… rien n’est oublié. « Nous proposons aux enfants une réelle immersion dans la pratique de la danse, explique Marianne, et les échauffements en font partie ». En plus de prévenir les blessures, l’échauffement permet aux enfants d’évacuer un trop-plein d’énergie et d’être plus disponible pour entrer dans l’activité.

La chorégraphie

Cette année, Nathalie a choisi de travailler sur l’air. Lors des premiers ateliers, les enfants ont cherché des réponses motrices à partir de ce thème. Les danseuses s’y sont raccrochées pour composer la chorégraphie. « Lors de cette phase de recherche, les enfants avaient tendance à tout commenter : « Regarde, maîtresse : je suis une feuille, je tombe, je tourbillonne ». C’était difficile pour eux de s’exprimer autrement que par la parole », nous raconte Nathalie. « S’initier à la danse induit des attitudes : quand on danse, c’est le corps qui s’exprime et pas le verbe. À travers nos ateliers, nous souhaitons transmettre des notions telles que l’écoute, la maîtrise et la confiance », explique Chloé. En musique cette fois, les enfants répètent leur enchaînement. L’heure tourne… un dernier filage, et c’est terminé. Demain, ils iront applaudir Chloé, Marianne et Pierre qui joueront leur spectacle Fu, Bu & Chu Trio devant plusieurs classes de la commune. L’occasion pour les enfants de découvrir un autre aspect de la pratique de la danse : la scène !

Compagnie MMCC

La compagnie MMCC est une jeune compagnie toulousaine fondée en 2009 par Marianne Masson et Chloé Caillat. En association avec le musicien et batteur Pierre Pollet, elles ont déjà créé deux spectacles mêlant étroitement danse contemporaine et musique live : 
 Il est formellement interdit de jouer au ballon (tout public, 2009) et Fu, Bu & Chu Trio (jeune public, 2009). Une nouvelle pièce, Quatre (tout public, 2014), est en cours de création, avec Arthur Ower, musicien,  guitariste et sonorisateur.

Photo : © Vincent Gire/Milan presse.
Dossier réalisé par Paule Battault.
Publié le