Bébé et ses grands-parents

Le 5 mars, c’est la fête des grands-mères ! L’occasion pour Picoti de s’interroger sur les liens que bébé noue avec sa mamie et son papy : des liens forts, uniques, qu’Élyette Joubert connaît bien. Elle partage avec nous son expérience de vice-présidente de l’École des grands-parents européens et, surtout, de grand-mère investie.

.

Qui sont les grands-parents d’aujourd’hui ?

Élyette Joubert : Des personnes actives ! Comme les gens font des enfants de plus en plus tard, les grands-parents d’aujourd’hui sont plus âgés qu’avant… mais ils font beaucoup plus jeunes. L’image de la vieille grand-mère qui reste à la maison et ne fait que lire des contes, c’est du passé ! Bien sûr, les grands-parents actuels lisent encore des histoires à leurs petits-enfants, mais ils font aussi plein d’autres choses avec eux. Il y a mille façons de vivre sa grand-parentalité. Certains grands-parents ne veulent pas changer leur mode de vie pour consacrer du temps à leurs petits-enfants, mais ils sont peu nombreux. À l’École des grands-parents européens, je vois surtout des grands-parents qui profitent de leur jeunesse  pour s’investir dans leur rôle. Ils vont chercher leurs petits-enfants à l’école et les accompagnent au musée ou au cinéma, par exemple.

.

Quel lien se tisse entre le tout-petit et ses grands-parents ?

É. J. : C’est un lien d’amour. Nos petits-enfants, nous les aimons sans condition, comme ils nous arrivent, et c’est une vraie richesse pour eux comme pour nous ! Ce lien commence à se tisser dès les premiers contacts. Très vite, le bébé reconnaît ses grands-parents. Il les repère par exemple à leur voix, qui peut ressembler à celle de son papa ou de sa maman, et il trouve souvent en eux un certain apaisement. Ce lien, qui se crée très tôt, est important car il détermine la relation à long terme entre l’enfant et ses grands-parents. Il évolue ensuite quand l’enfant grandit mais, dans tous les cas, il reste très fort s’il a été construit dans la toute petite enfance.

.

En quoi cette relation est-elle différente de celle que le bébé a avec ses parents ?

É. J. : Les grands-parents ont souvent plus de recul et d’expérience. Ils ont déjà eu des enfants et savent comment cela se passe. Ils n’ont donc pas l’anxiété que les parents peuvent ressentir, surtout avec le premier enfant. Ils se posent moins de questions et cette confiance leur donne un aspect sécurisant pour les parents comme pour le bébé. De plus, les grands- parents ont souvent plus de disponibilité que les parents. Le bébé va le ressentir et sa relation avec ses grands-parents va donc être particulièrement apaisante pour lui.

.

Quel rôle les grands-parents jouent-ils dans l’éducation du tout-petit ?

É. J. : Leur place est importante, mais pas toujours facile à trouver. Normalement, les grands-parents n’ont pas de rôle éducatif à jouer auprès de leurs petits-enfants. Et pourtant… ils en jouent quand même un, sans le dire et sans le vouloir, simplement parce qu’ils ont le souci de donner de bonnes habitudes à leurs petits-enfants. Ce n’est pas une priorité, mais si nous pouvons les faire bien dormir ou s’ils deviennent propres chez nous, alors c’est une petite fierté ! L’important est de ne pas être trop envahissants pour les parents. C’est vrai que l’émerveillement que nous avons pour nos petits-enfants nous amène parfois à nous les approprier, mais nous ne devons pas oublier que ce sont les parents qui doivent être au plus près du bébé en matière d’éducation. Il faut donc éviter de leur donner trop de conseils ou de leur dire que ce n’est pas comme ça que l’on fait, même s’ils peuvent faire parfois, comme nous l’avons fait avant eux, des erreurs. Sinon, cela risque de causer des rivalités que les tout-petits ressentent et qui peuvent les perturber.

.


Une association multifonction

L’École des grands-parents européens (EGPE) est l’une des plus grandes associations de grands-parents en France. Elle compte plus de 500 adhérents à Paris et une quinzaine d’EGPE en régions. Son objectif depuis 20 ans ? Créer du lien entre les générations ! Elle a plusieurs pôles d’action. 

• Un pôle « écoute », avec une ligne téléphonique dédiée aux grands-parents (01 45 44 34 93). Les membres de l’association les écoutent et les conseillent. Ils peuvent aussi, si besoin, organiser une médiation pour aider les grands- parents à entrer en relations avec les parents de leurs petits-enfants. 

• Un pôle « solidarité », avec des activités qui mettent en relations différentes générations : par exemple, des ateliers de langage dans les écoles maternelles animés par des grands-parents bénévoles. 

• Un pôle « réflexion », avec des colloques concernant la position des grands-parents d’aujourd’hui, leur statut, leurs droits dans la société…

Plus d’infos : www.egpe.org

.


Élyette Joubert est vice-présidente de l’École des grands-parents européens et responsable de la commission « intergénération et lien social » de cette association. Cette enseignante à la retraite est aussi une grand-mère très proche de ses cinq petits-enfants.

.


Dossier réalisé par : Elise Rengot

Illustration : © Laurent Simon

Publié le