À la ludothèque, une matinée en toute liberté

À la ludothèque, une matinée en toute liberté

Une salle de jeux idéale

Il est 9 h 45. La ludothèque n’est pas encore ouverte et, pour l’instant, tout est calme. L’espace est accueillant, lumineux et ouvert sur une petite cour. Josette Hospital, la responsable, et les ludothécaires ont déjà sélectionné et mis en scène des dizaines de jouets sur des tables basses : des puzzles, une grande fusée en bois, un parcours de balles géant, des jeux de construction, une dînette… Cela donne envie de tout tripoter ! Au fond, une cabane pour les tout-petits a l’air confortable et tout à fait propice à se raconter des histoires extraordinaires.

Les étagères regorgent de boîtes de jeux à découvrir. « Les jeux sont classés selon le système ESAR, explique Josette Hospital en montrant le code couleurs sur les meubles. Cela permet de proposer des jouets adaptés à la personnalité et aux goûts de l’enfant, sans distinction d’âge. » Ce mode de classement, aujourd’hui utilisé dans la plupart des ludothèques, répartit les jeux en quatre catégories :

  • E pour Exercice (jeux d’éveil sensoriels et moteurs destinés aux plus jeunes, tels que les hochets, les objets à manipuler, les chariots à pousser…) ;
  • S pour Symbolique (jeux d’imitation comme les poupées, les véhicules, les figurines…) ;
  • A pour Assemblage (jeux de construction qui incitent à exprimer sa créativité, comme les puzzles, les Meccano, les Lego, les Kapla…) ;
  • R pour Règle (jeux de société comportant des règles à accepter et respecter et qui, à la ludothèque de Blagnac, sont installés dans un autre espace).

Les enfants arrivent !

10 heures, les portes de la ludothèque s’ouvrent enfin ! Et une joyeuse flopée d’enfants, accompagnés de leurs nounous, investit rapidement les lieux. Ils ne sont pas intimidés : ils viennent ici très souvent, toutes les semaines pour certains. Beaucoup se précipitent vers la cabane et la dînette. La fusée en bois a aussi beaucoup de succès.

« En ludothèque, nous prônons le jeu libre, précise Josette Hospital. Cela permet à l’enfant de mener toutes sortes d’expériences. Nous essayons de proposer un choix de jeux et jouets variés originaux, de bonne facture, ou tout simplement dont l’intérêt ludique est indéniable. » Les bambins jouent donc en toute liberté. Une petite fille ne lâche pas un hochet – « C’est aussi agréable de régresser parfois », souligne d’ailleurs la responsable –, alors qu’un bébé s’étonne des pièces d’un mystérieux jeu de construction. Filles et garçons s’amusent ensemble, à la dînette comme aux petites voitures : on est bien loin des clichés des magazines de jouets !

Au début, les petits déballent tout. Cela n’inquiète pas Josette Hospital : « À cet âge-là, le plaisir est de tout déranger. Heureusement, beaucoup de nounous rangent derrière eux. » Ensuite, de petits groupes d’enfants s’organisent spontanément. À chacun son style : certains se concentrent longuement sur un jeu particulièrement passionnant, d’autres migrent d’une table à l’autre pour tout tester. Certains retournent régulièrement dans les bras de leur nounou alors que d’autres semblent les avoir complètement oubliées.

Le rendez-vous des nounous

Ce sont surtout des assistantes maternelles qui accompagnent les petits. Pendant qu’ils jouent sagement, elles se postent à un endroit stratégique : la sortie, pour récupérer les enfants qui voudraient aller voir ailleurs. Les nounous gardent toujours un œil sur eux mais elles en profitent aussi pour discuter entre collègues : « On échange des astuces », confie en effet Marie. À 62 ans, elle est la nounou de trois petites filles de 15 mois et 2 ans, à Blagnac. Elle les emmène souvent à la ludothèque. « Elles s’amusent bien ici », assure-t-elle en dorlotant la plus jeune, une adorable blondinette qui ne s’aventure jamais bien loin. « Et puis, chez moi, je ne pourrais pas avoir autant de jouets à leur proposer. » Marie a une salle de jeux à la maison, mais pas si grande ni aussi bien fournie ! Elle pourra toutefois louer les jouets que les petites auront le plus appréciés.

Un lieu de rencontre et de socialisation

Pour beaucoup, les enfants venus jouer ne sont pas encore scolarisés. Ce petit tour à la ludothèque est donc l’occasion pour eux de rencontrer de nouveaux copains, petits et grands, et de faire l’expérience du jeu en groupe. Ils découvrent ainsi la vie en société, parfois de bon cœur, parfois avec des pleurs. « Cela leur apprend à prêter leurs jouets, à partager, à ne pas arracher des mains ce que l’on veut ! C’est très bien de les préparer ainsi à l’école », estime Marie.

La ludothèque est un lieu de rencontre et d’apprentissage. Les 5 000 jeux, que les ludothécaires ont à cœur de faire découvrir, sont un prétexte à l’échange. Nounous mais aussi parents et grands-parents peuvent venir librement avec leurs enfants de tout âge. Ils croisent à l’occasion des enfants d’établissements spécialisés ou des adultes handicapés. Des écoles viennent également, une fois par semaine. La ludothèque accueille aussi des adultes sans enfant qui découvrent de nouveaux jeux ou retrouvent avec plaisir ceux de leur enfance. Et tout ce petit monde cohabite dans la bonne humeur !

Publié le